Coco et Cabellut

Si vous voulez être irremplaçable, soyez différent.”
Coco Chanel

Il existe bon nombre de parallèles entre la vie de l’impératrice de la mode, Coco Chanel et celle de l’artiste expressionniste Lita Cabellut. L’une et l’autre démarrèrent leur existence dans une extrême pauvreté ; l’une et l’autre trouvèrent un moyen d’expression venu du plus profond d’elles-mêmes, élevant l’envergure de la mystique féminine ; elles affrontèrent toutes deux courageusement un univers artistique dominé par les hommes et le changèrent radicalement grâce à leur style et leur témérité : ce sont deux voix d’exception dans leur domaine respectif. Certes, la citation est signée Chanel mais elle aurait très bien pu être la devise de Cabellut : “J’ai inventé ma vie parce que ma vie ne me plaisait pas”.

Lita Cabellut est à la fois artiste et ensorceleuse. Ses toiles saisissent cet espace mystérieux et profond qui se cache dans l’esprit de ses protagonistes, un cocktail complexe de l’imaginaire et de pulsions lui permettant de gérer à la fois les rêves occultes, les désirs, mais aussi la terreur et la fragilité de la condition humaine. Son génie réside dans sa capacité à rendre visible l’invisible : ses portraits à grande échelle, exigeant toute notre attention, déchaînent une cascade de passions et nous invitent à participer au processus de son âme créative.

Cabellut est une artiste espagnole ; née tzigane dans les ruelles de Barcelone, de père inconnu, abandonnée par une mère prostituée dès l’âge de trois mois et élevée par une grand-mère qui la séquestre en l’éloignant des bancs de l’école, jusqu’à son décès. Cabellut rejoint alors un orphelinat à l’âge de huit ans. Affamée de savoir, elle passe des heures au Musée du Prado, savourant chaque détail des œuvres des grands maîtres du passé – Rembrandt, Velázquez, El Greco, Ribera, Gallego et Goya. Une fois admise à l’école, elle gravit rapidement les paliers de la scolarité, réussissant son entrée à l’École des Beaux-Arts d’Amsterdam. Là, au lieu d’embrasser l’obsession du moment qu’était l’art abstrait, Lita est attirée par les peintures figuratives des personnages torturés de Francis Bacon et par l’expressionnisme abstrait de son compatriote catalan, Antoni Tàpies, avec un penchant pour la pintura matérica de ce dernier – qui incorpore des techniques mixtes tel que les détritus, la terre, les chiffons et les cailloux.

Les œuvres de Cabellut font le lien entre tradition classique et peinture contemporaine : un tremplin à partir duquel elle crée des visages et des silhouettes du passé. Elle s’inspire des souvenirs de sa propre jeunesse décousue afin de mieux comprendre les débuts du personnage complexe qui émerge grâce à cette série : Gabrielle “Coco” Chanel. Grâce à son vécu, l’artiste voit à travers les yeux de ses sujets, elle interprète leurs regards prudents et réussit à captiver son public par ce juste équilibre entre le sens du défi et de la compassion.

La vie de Coco Chanel (1883-1971) inspire d’innombrables livres, films et pièces de théâtre qui racontent les détails de son ascension. Elle apparaît comme une véritable épopée romanesque, ayant comme point de départ l’orphelinat où Chanel est élevée par des nonnes qui lui enseignent les bases du métier de couturière et font naître son obsession pour le stylisme. A cela s’ajoute sa brève expérience de chanteuse de cabaret qui lui vaudra son sobriquet “Coco”, un nom qu’elle affirme être le dérivé du mot “cocotte” qui veut dire “femme-maîtresse”. Puis cette liaison avec Etienne Balsan lui permet de financer son déménagement à Paris à l’âge de 26 ans afin de se lancer dans la fabrication de chapeaux féminins. Tout comme sa relation amoureuse avec le richissime Arthur ‘Boy’ Capel, dont l’influence autant sur sa conception de la mode que sur son cœur l’a conduit à ouvrir son célèbre magasin rue Cambon en 1910. Capel trouve la mort dans un tragique accident de voiture en 1919 et Coco continue à déposer des fleurs sur les lieux du drame durant de longues années.

Le monde se souviendra toujours de Coco Chanel comme la femme qui libéra définitivement le vestiaire féminin de ses corsets, introduisant la notion d’un confort simple et puisant son inspiration dans les vêtements d’hommes. Dans les années 20, elle crée la petite robe noire et développe le concept, très innovant pour l’époque, d’un parfum de créateur de mode comme accessoire. Elle est acceptée dans le cercle des Beaux-Arts en tant que créatrice pour les Ballets Russes pour lesquels elle signe les costumes d’Apollon musagète de Stravinsky et Balanchine et du Train Bleu de Milhaud, Nijinska, Cocteau et Picasso. Elle se noue d’amitié avec des artistes de renom tels que Picasso, Dalí, Diaghilev, Cocteau et Stravinsky, une énième liaison de courte durée. En 1925, elle entame une relation amoureuse avec l’homme le plus riche d’Europe, Hugh Grosvenor, Duc de Westminster, qui la couvrira de bijoux et de cadeaux sans jamais réussir à l’épouser. Au sommet de son art, elle crée son légendaire tailleur Chanel, la silhouette indubitablement Coco, toujours avec ces perles fantaisie, toujours avec cette même harmonie de palette monochromatique. La Seconde Guerre mondiale marque la fermeture de sa boutique, en partie à cause de l’occupation allemande et des controverses qui s’en suivent.

Les effets négatifs de la Seconde Guerre mondiale dissipés, Coco Chanel se réinvente une nouvelle fois et réussit son comeback au milieu des années 50. Face aux mauvaises critiques, elle continue à séduire les femmes du monde entier grâce à ses créations tendances, féminines, à la fois confortables et subtilement sensuelles.

En dépit de ses multiples liaisons avec la gente masculine – certains aimaient dire qu’elle utilisait les hommes, mais en fait elle s’inspirait de chacun, enrichissant ainsi son savoir-faire et son répertoire – Coco Chanel ne s’est jamais mariée : “Ce n’est certainement pas par hasard si je suis seule. Ce serait très dur pour un homme de vivre avec moi, sauf s’il est vraiment quelqu’un de fort. Et s’il est plus fort que moi, alors c’est moi qui ne pourrais le supporter… Je ne suis ni intelligente ni stupide, mais je ne crois pas être ordinaire. J’ai fait des affaires sans être femme d’affaires ; j’ai aimé sans être faite uniquement pour l’amour. Je crois que les deux hommes que j’ai aimé se souviendront de moi, que ce soit ici-bas ou là-haut…les hommes se souviennent toujours des femmes qui leur ont causé du tracas, des inquiétudes. J’ai fait de mon mieux vis-à-vis des gens, dans la vie…sans préceptes, mais avec un goût pour la justice”. Ou encore : “Je ne voulais jamais peser plus lourd pour un homme qu’un oiseau”. Elle décède en 1971 mais sa légende continue, par son influence sur la mode, sa vie de féministe et son sens instinctif du style. “La mode n’est pas quelque chose qui existe uniquement dans les vêtements. La mode est dans l’air, portée par le vent. On la devine. La mode est dans le ciel, dans la rue. La mode se démode, le style jamais.”

Lita Cabellut offre ici ses propres réponses à l’histoire de Coco Chanel avec ses portraits de grande envergure de l’icône et quelques images de certains de ses modèles. L’artiste reste fidèle aux règles monochromatiques de l’icône, non seulement dans les styles qu’elle peint mais aussi dans les variations de gris – matrice de chaque pièce. En appelant cette exposition Coco : Témoignage en Noir et Blanc, elle nous rappelle les préceptes de l’artiste de la Renaissance, Leon Battista Alberti, poète et architecte : “Je voudrais convaincre les artistes que le talent suprême de l’art consiste à maîtriser l’utilisation du noir et du blanc…car c’est la lumière et l’ombre qui donnent du relief aux objets”. Certaines des œuvres suivent un ordre chronologique : Coco en jeune fille dans des vêtements simples, Coco évoluant vers de nouveaux concepts, Coco l’ultime femme, avec sa panoplie de perles, de chapeaux et de toilettes. Et lors de chacun de ses “voyages” avec l’esprit de Coco Chanel, Cabellut semble canaliser toute l’émotion, la volonté et la discipline d’une femme qui changea le monde à sa manière. Sa méthode si troublante qui consiste à capturer l’expression perçante de la Coco de ses toiles lorsqu’elle regarde les spectateurs, tout en révélant la symbiose de la fragilité et de la force d’une femme pleine de controverses, explique la puissance de ces œuvres. Cabellut transpose sur ses toiles sa propre perception de Coco comme étant “la reine de la Lune, noire et blanche, si précise et pourtant si lointaine”.

Comparons “l’innocence éclairée” de Coco numéro 3 avec la splendeur parfaite de Coco numéro 2, et la numéro 14 avec l’énigmatique, presque masculine Coco numéro 6 – toujours ces portraits de lunettes noires, ce regard averti donnant lieu à une interrogation sur la peur de quelque chose caché – et toute la virtuosité de Lita Cabellut nous émeut de façon spectaculaire. Comme Coco Chanel a construit son style, Lita Cabellut construit ses œuvres, travaillant ses toiles de grande taille avec de la peinture à l’huile, du plâtre sur du lin, mélangeant la texture viscérale de la surface avec les touches passionnelles, visibles de sa brosse, une technique de peinture aux effets stylistiques qui vise une catharsis plutôt qu’une reproduction rigoureuse. C’est bien à cette expression du personnage intérieur que l’artiste insuffle la vie.

Il est difficile d’imaginer un autre artiste ayant une telle compréhension de la vie émotionnelle de Coco Chanel. Certes, Cabellut rend hommage à l’héritage qu’a laissé l’icône de la mode, mais l’artiste ne s’arrête pas aux apparences superficielles. Ce fut le cas des inspirations de Coco Chanel découlant de ses interrogations intrinsèques liées à son abandon enfant, à sa volonté de dépasser les idées de la mode de son époque, à son équilibre entre liaisons éphémères et détermination de n’appartenir à personne, à sa trahison passagère aux yeux de la société et à sa renaissance comme l’une des femmes les plus importantes à la fois du monde des affaires et du style. La Coco Chanel présentée dans cette série est un savant mélange entre l’intuition de l’artiste, ses expériences similaires et une maîtrise technique qui rendent ses tableaux aussi magnifiques, fondés, palpitants et riches psychologiquement. Dans les mots de Coco : “L’arrogance fait partie de tout ce que je suis. Elle est dans le moindre de mes gestes, dans la sévérité de ma voix, dans l’éclat de mon regard, sur mon visage si tourmenté, si marqué”.

“Les femmes pensent à toutes les couleurs, sauf à l’absence de couleur. J’ai dit que le noir tenait tout. Le blanc aussi. Ils sont d’une beauté absolue. C’est l’accord parfait.”

Coco Chanel

 

Biographie de Grady Harp

Grady Harp est un champion de l’art figuratif : conservateur de musée, conférencier, panéliste, auteur d’essais d’art, poète, critique de littérature, d’art et de musique et galeriste. Il a produit des expositions et a écrit des essais dans des catalogues pour le Musée d’Art Arnot à New York, le Musée d’Art de Fresno, l’École supérieure des Beaux-Arts et du Design de Laguna, le Musée d’Art du Nevada, le Musée national d’Art des vétérans du Viêtnam à Chicago et pour la galerie d’art de l’Université d’État de Cleveland ; il a été conseiller en art pour des universités et écoles supérieures à travers toute la Californie, mais aussi à Berlin, à Madrid pour El Centro Cultural de Condé Duque et à Oslo. Son exposition en partenariat avec le sculpteur Stephen Freedman, “WAR SONGS : Metaphors in Clay and Poetry from the Vietnam Experience” a fait le tour des Etats-Unis entre 1996 et 1998. Il a rédigé des préfaces, chapitres entiers et essais pour de nombreux livres comme le récent Powerfully Beautiful et 100 Artists of the Male Figure. Grady est critique d’art pour le magazine Poets & Artists ainsi que pour The Art of Man Quarterly Journal.